De Buenos Aires à Tilcara

20141126_100244

Récit d’un voyage qui nous mènera d’une métropole latine aux confins des Andes.

Oui j’aime bien l’effet d’annonce, mais au delà de ça c’est plus de 1 500 km parcourus en en 3 jours, plutôt pas mal (contre plus de 10 000 en 13h de vol mais passons…)!

Buenos Aires… que dire sur la capitale latino surement la plus européenne de toutes?
Mais avant de rentrer dans le vif du sujet, il faut vous préciser que nous n’avons pas vraiment eu le temps de nous consacrer à la visite à proprement parler de Buenos Aires. Nous l’avons plutôt parcouru, toujours en quête de quelque chose: à manger (d’ailleurs nous avons vu un museo del jamon!), du change, une banque, le terminal de bus, des billets de bus, à boire… Cela nous a pris beaucoup de temps, d’efforts et d’énergie (et même un peu d’audace pour le change).

P1050076

Détente le deuxième jour lors de la promenade à Puerto Madero

Tout cela pour dire que nous étions vraiment fatigués d’une part, et d’autre part que nous avons vu que deux quartiers: Centro et Puerto Madero, les autres (San Telmo, Recoleta, Palermo…)semblent avoir beaucoup plus de caractère, il faudra donc que nous y retournions!

TORRE NATIONAL

La « Torre de los Inglès » ou « tour national », proche del « retiro » (terminal de bus)

Bref, pour en venir aux faits, nous avons ressenti une déception de prime abord pour plusieurs raisons: une cité sans le moindre charme s’offre à nos yeux et l’impression de voir Madrid, Paris, ou Rome se fait sentir. En effet même si certains bâtiments tentent de montrer un cœur historique colonial, la ville reste jeune et pourtant constructions anciennes et barres de HLM se succèdent sans la moindre coordination.

pUERTO mODReno

Puerto Madero, anciens docks réhabilités en promenade, sur fond de quartier d’affaire

On croirait qu’un gigantesque barman, auquel on aurait commandé un cocktail pour 15 millions d’habitants, a un peu trop secoué son shaker rempli de bric et de broc. La ville ne maitrise pas son développement, on y trouve des pans entiers laissés à l’abandon, juste en face de magasins chics.

P1050100

Magasin « Harrod’s » fermé en plein centre ville, et en face d’un hôtel de luxe

Des permis de construire sont donnés (mais pas toujours finis…): il y a des travaux partout, des tours se montent et de nouvelles voies se créent, contraste important avec le centre dont les trottoirs sont défoncés et où les échafaudages se terrent à tous les coins de rue…

20141126_095527 Vue depuis le balcon de l’hôtel, Buenos Aires

Un quartier moderne façon City londonienne ou défense parisienne se trouve à quelques centaines de mètres d’un quartier à la limite du bidonville, les murs sont bruts et des tiges en acier sortent des murs, et, en attendant un miracle, servent de support pour faire sécher du linge… Cette facette de la ville se distingue également dans sa population où se promènent quelques costumes au sein d’une population qui souffre de la crise… et la mendicité se fait ressentir, mais comme dans beaucoup de métropoles.

P1050054

Le Congrès de Buenos Aires, lui aussi en rénovation

Les axes sont énormes, et au sein même de la ville se sont des deux fois trois ou parfois quatre voies qui traversent le centre. C’est un ballet perpétuel entre bus, très nombreux, voitures, en quantité aussi, et piétons qui courent pour traverser ce fleuve de bruit et de pollution.

P1050059

Avenida 9 de Julio, immense avenue de Buenos Aires Heureusement il y a quand même un peu de couleurs!

P1050097

Au bord de ces avenues des gens vendent des sandwiches, des « chipas », des morceaux de pizza, des glaces, de la salade de fruit sur des tables bancales ou dans des paniers, entre une poubelle et un chien errant (je n’exagère pas vraiment…). Autant dire qu’il y a du potentiel d’embauche pour les services d’hygiène!

P1050098

Par contre il font du bon café, à l’italienne!

Il y a quand même des points positifs et on va finir par ça pour Buenos Aires: les gens sont supers et toujours prêts à nous renseigner. Ensuite l’hôtel était tout à fait joli et propre, avec un patio coloré. 20141126_100012 ATT_1417398873110_20141126_100022

Hôtel Parada à Buenos Aires

Les parcs sont aussi très agréables et les autres quartiers sont assez prometteurs de ce côté là, ainsi que pour proposer des petits coins plus latinos et sympathiques. Une deuxième chance au retour pour BA? Sans doute!

P1050083

Un arbre gigantesque dans un parc de Buenos Aires (et ce qu’on a préféré!) P1050086

Et dans ce même parc, visiblement un groupe de… soldats napoléoniens!;)

Le voyage

C’est dans cet état d’esprit que nous avons quitté la capitale, le 26 au soir, après une journée passé avec les sacs, donc assez limitée en déplacements. L’avantage c’est qu’on est bizarrement très contents de partir pour 20h de bus! Nous avons pris des fauteuils plus confortables, qui nous ont à peu près permis de dormir… Pas vraiment propres mais on ne peut pas tout avoir! Voilà ce à quoi cela ressemble:

chevallier sièges

Les repas sont servis au siège ainsi que des boissons, et là il faut vraiment avoir faim! Et arrivé le jeudi midi, on avait effectivement la dalle.

20141126_211454

Repas du soir, pas le pire, dans le bus…

La principale activité dans le bus a donc été de regarder le pays passer, voir d’abord beaucoup de rien avant Santiago del Estero environ, bon d’accord quelques arbres quand même et une ligne électrique qui sillonne entre les poteaux dédiés. Après, la route abrite sur ses flancs des habitations précaires, en taule, en briques, quand ce ne sont pas quatre murs en briques plantés entre deux palmiers (inutile de dire qu’il n’y a pas de toit). Des vaches et chevaux attachés autour d’un piquet, parfois quelques chèvres ou pollos (poulets), et des chiens partout, seuls ou en petites meutes. Des charrettes tirées par un cheval avec une ou deux machines à laver à l’arrière, des motos (sup)portant quatre personnes, père, mère, fils et fille, une glace dans la bouche, mais pas de casque sur la tête! P1050114

Sur la route

Salta

Nous sommes arrivée à Salta dite « la linda » =la belle, vers 16h30. Perchée à 1 600 m d’altitude, Salta a en effet plus de saveur dès notre arrivée: le terminal de bus est à peu près propre et le bruit est beaucoup moins gênant qu’à Buenos Aires. Meilleure entrée en matière donc, la ville est traversée par un parc, et il y a une zone piétonne (!) bien éclairée, une ambiance de grand village avec les familles qui se baladent, achètent des glaces (ils adorent ça!), font leur courses… IMG_2014030719763

Rue de Salta

Un petit point rigolo sur une rue spécialisée dans les coiffeurs, mais tous avec des styles totalement différents (quoique tous kitch): on y a vu un entièrement noir et blanc dans la lignée du zèbre, un autre plus classique avec une grande affiche L’oréal Paris, un suivant avec des sièges en cuir et des miroirs des années 30… 😉 Nous avons jeté un œil à un magasin d’instruments de musique (et vu une guitare électrique pour 300 pesos = 30 euros!)  et une antre à gauchos (ou à Indiana Jones: chapeaux, couteaux, éperons, trop bien!). Sans aller jusqu’à dire que Salta est une belle ville, le séjour y fut doux. Et la pizza aussi!

En avant pour Tilcara

P1050105

Dans le bus de la companie « Balut » en route pour 4h vers notre destination finale

Départ assez tôt pour Tilcara le lendemain matin, et plusieurs heures de bus où l’on grimpe au milieu des champs et changeants paysages pour parvenir jusqu’à 2 600 m, dans un petit village artisanal en terre battue. Nous sommes ravis d’y être et de découvrir le village, c’est un peu le Graal pour nous à ce moment là!

P1050129

Les Andes s’imposent peu à peu comme décor principal après San Salvador de Jujuy

Après un passage infructueux à la banque pour retirer du cash, (pas de chance le seul distributeur de la ville semble vomir les cartes bancaires étrangères… d’autres français ayant eu le même problème que nous) l’agent de sécurité de la banque nous indique un petit magasin sous un balcon pour changer des euros (pas d’autre choix pour payer le taxi jusqu’à Estrella Azul, notre premier camp de base!). On n’a pas eu un taux exceptionnel, mais de toute façon nous n’avons pas bien le choix.

P1050112

Lors d’un arrêt entre Salta et Tilcara, il faut savoir que cette photo n’a pas été facile à prendre à cause du passage des bus!

Très fiers d’avoir pu commander un taxi par téléphone, on se surprend dans une fiat punto sur un chemin en pierre en montée pendant plusieurs kilomètres, en suivant les flèches bleues (vers Estrella Azul, le nom du B&B). Et nous arrivons… au terminus! Alleluia, et merci pour ce succès (on est entier, et là où on voulait aller en plus!), merci, on a réussit! On est très content, et nous sommes accueillis par Céline, et bien-sûr Sacha, Sonko, et Nouna! A bientôt pour la suite de l’histoire et la découverte des nouveaux personnages supers cool, et aussi très réels! Merci à tous d’être arrivés au bout de cette étape 😉

Claire et Arnaud

P1050090

22 réflexions sur “De Buenos Aires à Tilcara

  1. Claire….quelle daaaaaame sur ces photos !
    Tout a l’air d’aller pour le mieux (OK niveau nourriture dans le bus c’était pas top !) profitez en bien les Loulou !!
    Pleiiiin de bisous !

    J'aime

    • C’est pas ma faute Arnaud m’a prise en photo par surprise! Lui aime beaucoup cette photo, il dit que ça le fait beaucoup rire ! Je ne vois pas pourquoi!

      Bon courage pour le boulot Lolo et à bientôt! 😉

      J'aime

  2. Ravis d’avoir de vos nouvelles…
    Effectivement la route a été longue, mais le dépaysement doit se mériter! Vous voilà prêts pour découvrir ces nouvelles montagnes
    Bisous à vous 2

    J'aime

    • Oui ces montagnes sont superbes, et en plus nous n’avons pas eu le mal de l’altitude, en tout cas pas à cette hauteur, tant mieux!
      Bisous et à bientôt pour d’autres nouvelles, j’espère que tout va Oullins.
      Encore des bisous
      Claire et Arnaud

      J'aime

  3. Vous voilà arrivés,
    après avoir poser les valises,
    je pense que vous allez vous sentir mieux, et profiter
    de ces nouvelles rencontres, et du nouveau climat, nouvelle lumière
    donc nouveaux regards.
    Gros bisous

    J'aime

    • Coucou!
      Pour ça de la lumière nous n’en manquons pas! Et c’est chouette de passer le mois de décembre au soleil… à manger des aubergines fraiches 😉
      On se sent super bien ici, et on a pas mal de trucs à faire, y compris sur le plan des visites, on vous fait un point bientôt!
      Bisous bisous

      J'aime

      • Bravo !!!!! les chéris vous êtes arrivés !!!!!fatigués oui les yeux ont besoin de dormir!!mais avec la jeunesse et le courage qui vous habitent vous allez vite récupérer sur tout avec des aubergines fraiches et le soleil qui n a pas l air de manquer!!!
        gros bisous à vous deux.Merci pour toutes ces nouvelles

        Aimé par 1 personne

  4. « En voyage, on s’ arrête, on descend de voiture,
    Puis entre deux maisons on passe à l’aventure,
    Des chevaux, de la route et fouets etourdi,
    L’oeil fatigué de voir et le corps engourdi.

    Et voici tout à coup, silencieuse et verte,
    Une vallée humide et de lilas couverte,
    Un ruisseau qui murmure entre les peupliers,
    Et la route et le bruit sont bien vite oubliés !

    Gerard de Nerval

    Bisous à vous deux

    J'aime

  5. brigitte et michel
    merci pour vos commentaires et photos après un peu de repos bien mérité vous allez savourer le dépaysement complet, surement rien à voir avec la ville…..ici aussi nous avons nos montagnes, bientôt enneigées. On vous souhaite bonne route, profitez bien !
    gros bisous à vous

    J'aime

  6. Ce n est pas l arrivee, le but… Mais le cheminement.
    On se fait plein d images de pays que finissant par les visiter, finissent par nous proposer leurs propres vérités.
    Une phrase me revient :
    Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière.
    Profitez de chaque endroit que vous verrez, chaque personne que vous rencontrez pour comprendre le but ultime du voyageur. L histoire ne se deroule pas sous vos yeux mais dans vos coeurs.
    Grosses bises de Haute Savoie ou j ai 123 chevaux de traineaux a ferrer en trois semaines en en tombant un toutes les 1h30 tout en rentrant a l heure pour s occuper des gosses !!!
    Ca vous manque pas trop ? 😉
    Greg

    J'aime

  7. Un petit coucou de Jonquières, on suivra votre année d’aventures et on vous souhaite de merveilleuses découvertes et beaucoup de surprises dans ce beau pays.
    Bisous à tous les deux.
    Micheline

    J'aime

  8. C’ est trop bien Claire (et je dis pas Arnaud volontairement parce que je sais qu’il a rien fait!!!) si t’arrives à tenir ce rythme d’écriture c’est super agréable de te lire et de découvrir tout ça! Parce que bon yen a bien qui sont obligés de rester tenir la boutique!! Eclatez vous bien les ptits loups!:-)

    J'aime

  9. Eh arnaud à chaque fois que tu es sur une photo tu as de la bouffe entre les mains!
    moi j’ai parié que tu allais maigrir et je veux ma bouteille de rouge argentin!!
    Donc tu me laches ces conneries et vas courir après les lamas dans les prairies!!!

    J'aime

  10. coucou les jeunes
    quel changement de décor ! pour les kilos en moins c’est pas mal non plus heu…finalement vais peut-être vous rejoindre ! en tout cas merci bien pour vos petits commentaires et photos, génial !!!! vos lamas ont l’air bien sympas aussi ils sont au point pour la tonte aussi je crois. Vous avez encore des milliers de choses à voir alors profitez bien et continuez à nous faire partager toutes ces belles images et nous faire connaître ces différences de cultures
    bisous à tous les 2

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s