Entrons dans le vif du sujet!!!

Salut à tous!!!
P1050361

Nous voici donc à Tilcara, le premier but (parmi d’autres pour Greg) de notre expédition! Donc petite explication pour ceux qui arrivent : Sacha, Sonko et Nouna nous ont fait un accueil de tous les diables car nous avons affaire à 3 terribles, mais adorables, bulldogs. D’une affectuosité sans égale, mais légèrement turbulents en ce qui concerne les deux « petits » de 5 mois et un brin bourrins (pour les trois!!!^^)

Arnaud en compagnie de la famille à 4 pattes!

Nous avons également été accueillis par Céline (de façon fort sympathique mais tout de même beaucoup moins humide que les trois énergumènes précédemment présentés), qui est volontaire (tout comme nous !), venant de Belgique. Extrêmement amicale, elle nous apprend les ficelles du bon « voyageur » (comprenez celui qui tente de vivre la vie des locaux, ce que ne fait pas forcément le touriste), ce en quoi nous lui sommes réellement reconnaissants.
Céline (et un lama effectivement)

Peu à peu nous apprenons à mieux connaitre notre interlocutrice, qui se trouve être une pratiquante de l’Amérique latine puisqu’elle la parcourt depuis bientôt 5 mois. Elle partage de bon gré bon nombre de tuyaux plutôt intéressants sur la suite de notre voyage et sur la façon dont fonctionne (au ralenti…) l’Argentine, nous offre des cours de langue (de subtiles différences qui font qu’un argentin et un espagnol galèrent pour se comprendre l’un l’autre…) et, il faut bien le dire, nous prête ses oreilles pour comprendre Antolin (prononcez Antoline), le garde-maison, jardinier et homme à tout faire d’Estrella Azul. C’est un bonhomme au demeurant très chaleureux, et fier de transmettre ses connaissances à des jeunes venus des quatre coins du monde (mais patience, il arrive juste après !).
Arnaud travaillera le matin à ses côtés et Céline nous guide également dans nos tâches au sein de cette maison d’hôtes.
P1050171

Au menu, du jardinage légumineux et floral, de l’irrigation, et autres travaux habituels d’entretien qui se trouvent dans une maison. Chose que nous ne commencerons que le lundi suivant. (Oui je sais on est mardi 9 et on a du retard mais comme on est trop coooooooool vous ne nous direz rien^^).
Vue du jardin

Rapidement la question du ravitaillement se pose (on ne va pas se laisser mourir de faim non plus !), et nous nous habituons rapidement à aller faire les courses au village à pied, ce qui représente 4 à 5 kilomètres aller.
P1050182

P1050183
La petite marchande de fruits et légumes vient compléter les ressources que nous apporte le potager, et nous passons au supermarché pour le reste (qui est grand comme votre salon à peu près…). Les denrées de base sont tout de même assez chères, étant donné que Tilcara n’est pas très accessible: comptez 10 pesos le yaourt, même prix pour un kilo de bananes (= 1 euro), 29 pesos le petit pot de café soluble (2,90 euros). Une fois les placards pleins, nous partons sereins pour à l’aventure dans la région.
aera de vertigo dans la gorge du diable

Nous organisons notre première excursion le premier dimanche dans la garganta del diabo (la gorge du diable).
C’est ainsi que nous entreprenons notre première randonnée qui nous mène au cœur des montagnes environnantes sous un soleil intense (indice UV 12/12)!!!
Montagne aux 7 couleurs sur fond d'Andes
Après une marche de 10km (en montée s’il vous plait…) nous tombons, après avoir suivis le cheminement d’une rivière et croisé notre premier lama, la fameuse cascade de la gorge du diable dont s’écoule une eau pure (testée et approuvée).
Cascade de la garganta del diablo
C’est un spectacle magique que de voir niché, au creux de tant d’aridité, dans un spectacle de roches brutes aux couleurs multiples, posée là par un géant à l’esprit créatif fou, une source d’arc-en-ciel sous les rayons du soleil.
un brin de vert entre deux cactus
Nous quittons ce lieu enchanteur en nous disant que ces merveilles nous apparaissent dès les premiers instants de notre voyage et nous nous demandons à quel point de notre périple s’annonce beau…

Notre retour est salué par l’apprentissage et la dégustation du mate (prononcez maté) qui est une infusion de plantes, plutôt amères, qui étanchera notre soif du moment (et nous rassasiera car cela a des propriétés coupe-faim). Attention le mate ne se prépare pas n’importe comment, et nous vous invitons à découvrir les étapes précédant le partage de ce brevage via ce lien :http://fr.wikihow.com/pr%C3%A9parer-un-mat%C3%A9. Et comme on a aimé, on en a acheté un paquet d’un kilo! (Oups, tout comme le dulce de leche, de la confiture de lait dirons nous)

S’en suit, le lendemain, notre première journée de travail durant laquelle nous faisons la rencontre d’Antolin qui nous explique tout le travail à faire plus en détail. Les filles se chargent de l’entretien des massifs et des parterres (comprenant une lutte acharnée contre le démon pissenlit = diente de Leon; et le géant rampant = aucune idée du vrai nom de cette plante !) et la noyade des plantes, qui exigent par ces temps très chaud (il fait chez nous une température avoisinant les 35°C) une quantité incroyable d’eau…
P1050196
Pour ma part les travaux que j’effectue avec Antolin sont plus diversifiés avec du défrichage de prairie, de la menuiserie (ou comment réparer une porte avec des matériaux incroyables et des techniques moyenâgeuses pour un résultat plus que médiocre…) du jardinage et de l’irrigation de masse… Je maîtrise la pioche avec une technique redoutable et une puissance surhumaine^^!!! Les travaux s’enchaineront ainsi de manière régulière au rythme latino.

Nous sommes interrompus dans nos tâches quotidiennes le mardi par un évènement aux proportions gargantuesques. Il est effectivement temps pour nous de faire notre premier asado (que les aficionados de barbecue s’approchent)…
P1050186

Il faut bien comprendre que quand un argentin vous propose un asado, ce mot est pour lui sacro-saint, il vous propose de partager avec lui une des meilleures viandes du monde, dans des mesures pharaoniques… ainsi nous avons dévoré à 4, la modique quantité de 2,5kg de viande (soit plus de 700g par personne)… En Argentine, il s’agit d’une véritable culture populaire qui permet de rassembler, en mangeant un excellent repas. Un plat que l’on pourrait placer à l’échelle de plat national. Nous avons été initiés aussi pour notre plus grand plaisir aux alfajores, et si nous avons piqué votre curiosité aller voir par là!http://www.youtube.com/watch?v=s5B0YrNvSfg
P1050184

Après quelques jours, nous entamons les préparatifs de notre seconde expédition, direction les Salinas Grandes, un immense désert de sel à 3 675m d’altitude. Nous commençons par rejoindre Purmamarca (en bus sinon ça ne serait pas l’Argentine…), un petit village andin coincé entre deux montagnes aux couleurs changeantes.
IMG_8750
Nous sommes « recrutés » par des « remises » (= sorte de taxis) qui regroupent les touristes pour remplir leurs excursions. Nous embarquons ainsi en direction de notre destination finale en compagnie d’autres personnes à bord de voitures (bon oui ça va il existe d’autres manières de voyager en argentine qu’en bus^^).
P1050306
En passant de grandioses paysages au fur et à mesure, nous prenons de la hauteur, pour finalement franchir un col à 4 170m d’altitude.
Vue de la RN 52 depuis le col
P1050245
Nous atteignons enfin ce désert de sel d’une blancheur éclatante sous un soleil de plomb (et donc une réverbération impressionnante !
P1050273
L’équipement crème solaire, lunettes de soleil chapeau de zozo et bouteille d’eau vraiment fortement conseillé). L’air est extrêmement sec et la chaleur étouffante, cocktail parfait pour un dépaysement total, et la rencontre avec un silence que l’on ne peut rencontrer qu’ici, où le temps ne signifie plus grand-chose, fait frémir.
P1050269

P1050296
Nous apercevons tout de même le travail des hommes qui brisent la logique plane du lieu afin de venir récolter les précieux cristaux, en creusant au sol de longs bacs qui se remplissent de l’eau sous-jacente. Celle-ci en s’évaporant va purifier le sel et permettre sa capture. Le remis nous laisse 40 minutes pour découvrir cette merveille naturelle, puis nous reprenons la RN52 dans le sens inverse.
la célina grande
Le paysage nous surprend tout de même de nouveau dans l’autre sens, par la force et la variété des couleurs, les montagnes se parent tantôt de rouge, tantôt de jaune et de marron, et les textures rappellent au regard les tissus vendus sur le marché de la place du village de Pumamarca. Nous sommes en plein dans la Quebrada de Humauaca, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, et c’est tant mieux !

En contrebas, la route dessine ses larges lacets, la vue est décidément magique, et Céline a un sourire grand comme le Brésil suspendu aux lèvres ! (Il parait que nous avions aussi une tête d’imbéciles heureux, mais comme c’était en effet le cas, nous n’avons pas fait d’histoire !)
tête d'imbécile certe mais heureuse
Après notre retour à la civilisation, nous empruntons un petit sentier qui nous promène entre les montagnes des Andes (étonnamment appelé le « paseo de los colorados »), témoin de la richesse minière des sols, et où les couleurs se succèdent dans un désordre artistique digne d’un grand maître, passant de l’ocre au blanc, du vert au noir, du jaune au rouge… D’ailleurs l’une de ces montagne est appelée « la paleta del pintor ».
P1050228

C’est donc la tête plein de merveilleuses images et de couleurs exceptionnelles que nous partageons avec vous ce petit bout du nord-ouest de l’Argentine.
P1050249
Vous pouvez peut-être vous imaginer que l’usage des superlatifs dans notre description est exagérée, ou bien que « ce ne sont que des cailloux » comme disent certains, grand bien vous fasse, la beauté paysages a peut-être ébloui notre cœur en même temps que nos yeux, nous n’avons pas d’autre ambition que de raconter notre expérience, qui de fait pourrait se résumer en un seul qualificatif pour cette excursion : splendide !

c'est beau!!!!

Nous vous laissons pour ce aujourd’hui, on vous donne encore trois petits mots de la part de quelqu’un qui savait penser, lui : « Seul le bonheur est sans mystère, car il se justifie par lui-même. » Jorge Luis Borges

Et en plus il pensait la bouche fermée, pas comme ses étrangers qui s’émerveillent devant deux blocs d’argile ! (quoique la philosophie commence par l’étonnement… un dernier mot pour la route alors…)

« Ce fut l’étonnement qui poussa les premiers penseurs aux spéculations philosophiques. Au début, ce furent les difficultés les plus apparentes qui les frappèrent, puis, s’avançant ainsi peu à peu, ils cherchèrent à résoudre des problèmes plus importants, tels les phénomènes de la Lune, ceux du Soleil et des étoiles, enfin la genèse de l’univers. Apercevoir une difficulté et s’étonner, c’est reconnaître sa propre ignorance (et c’est pourquoi aimer les mythes est, en quelque manière se montrer philosophe, car le mythe est composé de merveilleux). Ainsi donc, si ce fut pour échapper à l’ignorance que les premiers philosophes se livrèrent à la philosophie, il est clair qu’ils poursuivaient la science en vue de connaître et non pour une fin utilitaire. Ce qui s’est passé en réalité en fournit la preuve : presque tous les arts qui s’appliquent aux nécessités, et ceux qui s’intéressent au bien-être et à l’agrément de la vie, étaient déjà connus, quand on commença à rechercher une discipline de ce genre. Il est donc évident que nous n’avons en vue, dans la philosophie, aucun intérêt étranger. Mais, de même que nous appelons homme libre celui qui est à lui-même sa fin et n’existe pas pour un autre, ainsi cette science est aussi la seule de toutes les sciences qui soit libre, car seule elle est à elle-même sa propre fin. »
Aristote, Métaphysique A

IMG_8683

12 réflexions sur “Entrons dans le vif du sujet!!!

  1. Bah ecoutez ca m a l aur pas mal tout ca !!! Barbecue, montagnes et 35 degres j arrive !!!
    Petite pensee de ma haute savoie ou j ai ferré aujourdhui a Avoriaz ou il faisait -7 et ou avant de pouvoir repartir il a fallu aider des collegues dont les camions se sentaient trop a l aise dans la neige pour en sortir ! Cables de freins a mains bloqués et 4×4 qui patinent sur la glace au Menu du Jour.
    Le soleil vous va bien car vous meme vous rayonnez !
    Bises a vous de nous et vu que vous aimez bien les proverbes je concluerais par ceci :
    On ne peut rien donner les doigts fermés .

    Profitez de votre monoi 12/12, moi je retourne mettre des chaussettes de ski de meme couleur pour une fois !

    Greg

    J'aime

    • Les photos sont belles et le texte bien écrit. Vivement le prochain épisode !!!
      Au fait Claire, 35°, il est temps d’enlever ta polaire, ça fait sourire Céline.
      bises à tous

      J'aime

  2. Ce matin je constate avec délice qu’il y a de nouvelles photos sur cet épisode. En effet je n’avais pas remarqué la bouteille au lama à la première lecture ( à mon avis il n’y était pas..)
    Le raisin doit chauffer dur à cette température !!! Le lama démon risque de se réveiller…
    D’ailleurs j’ai repéré 2 autres lamas ( celui en sel et un autre qui se demande se qu’il voit )
    LOL. Gros Bisous à tous les deux!

    J'aime

    • Coucou! Oui en effet tu as réussi la chasse aux trésors « lamas »! En fait pour le dernier c’est une autre espècede lama, qui est sauvage, la vigogne! Et c’est nous qu’il regarde avec un air d’autoroute… Bisou 😉

      J'aime

  3. Vous êtes formidable de nous donner envie de mieux connaitre cette Argentine que vous découvrez. Les paysages sont impressionnants, moi c’est la cérémonie du mate qui me seduit.
    prenez soin des tomates et des géranium😉
    bisous à vous deux.

    Bisou de joana💖👩

    J'aime

    • Coucou!!! on ne sait que dire tant les couleurs sont mêlées que d inspiration pour les peintres!!et que de méditation pour l humain !!!!comme on est petit!!!
      un grand merci pour ce magnifique blog ……….. il y a de la graine d écrivain dans l air ,il faut y penser.
      gros bisous

      J'aime

  4. Super,vos descriptions sont magnifiques, on aurait presque envie de vous rejoindre mais un peu trop chaud pour nous…Continuez à si bien nous décrire vos escapades, ainsi nous vous accompagnons virtuellement.
    Bisous à tous les 2
    Micheline

    J'aime

  5. J’ai pas lu Aristote mais j’ai bien regardé les cailloux ! (Arnaud tu n’as pas le droit de rigoler) Je penses sans trop me tromper (on sait jamais la géologie c’est loin maintenant pour moi), vous présenter :
    – en vert : les schistes vert
    – en rouge : les schistes rouges ! (non c’est une plaisanterie … ce sont des roches ferrugineuses, le rouge indique clairement que l’on a à faire avec des roches qui contiennent du fer oxydé)
    – en jaune : alors la…mon grand débrouille toi !
    – en noir : même que dans la chaine des puys donc ça tu sais mon arnaud 🙂

    Le désert de sel est vraiment magnifique aussi, parait qu’on peut faire des records de vitesse dessus… Vous nous décrochez un pti nouveau record ??

    En tous cas c’est tout à fait…splendide c’est le mot, vous me faite vraiment envie d’y aller ! Je vous fait de gros bisous, continuez bien ce voyage 🙂

    Et bisous de madame maman pour les deux voyageurs du nouveau monde 😉

    J'aime

    • Merci mon clem mais tu sais je sais que tu es amoureux des cailloux!!! Merci pour les explications mais je ne rappelle plus des cailloux noirs même si on a fait le Puy ensemble… tu fera une bise à madame maman^^

      J'aime

  6. Coucou. Quelle belle aventure! Nous vous souhaitons de bonnes fêtes à tous les 2 et vous suivrons dans votre périple. Bonne continuation et à bientôt.
    Céline, Cyril, Luca et Mathias.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s