T’as voulu voir Mar del Plata et on a revu Puerto Madryn !

Hey you english speakers! Here we are again in Puerto Madryn in the same hostel after our short time in Mar del Plata! We asked Vincent to allow us to help him once more in his hostel during that month. We met a lot of new friends and moreover we swam with sea lions!!! It was such a great experience to see them in their natural environment. We heard someone called them mermaid-dog and it’s a pretty nice way to say it^^. See you soon somewhere in the world!

Hola amigos! Ahora estamos de nuevo en Puerto Madryn, trabajando en el hostel de Vincent despues de la mala experiencia en Mar del Plata. Visitamos nuestros amigos, en particular Teresita y su familia y tambien encontramos a nuestro nuevo colega como Clément con quien fuimos a nadar con los lobos Marinos ! Fue totalmente increible ver esos animales tan cerca ! Muchisimas gracias para todo amigo y nos vemos pronto !


une baleine à la mer!!! (ah bon on vous l’a déjà faite…)

Certes jacques Brel n’est pas passé par l’Argentine mais c’est ce qu’il aurait chanté à la place de Vesoul s’il avait vu nos pérégrinations… En effet, après cette expérience pour le moins humide à Mar del Plata, nous avons envoyé un S.O.S à notre vice-consul préféré afin de savoir si dans sa grande bonté il voulait bien de nous pour quelques temps encore… (STPPPPP !!!) Par chance, et bien qu’il est accepté un autre volontaire en notre absence (on peut vraiment faire confiance à personne ^^), nous sommes autorisé à regagner nos pénates. Nous en profitons d’ailleurs pour remercier Vincent pour tout ce qu’il a fait pour nous (encore une fois !).

Abrégeons vos souffrances…

Cette fois ci je pense que l’article sera très court car il me semble que vous connaissez déjà ce petit coin d’Argentine rempli de baleines et autres animaux en tout genre ainsi qu’une bonne partie de la culture galloise qui y règne. Je vais donc simplement vous parler des nouveautés car il y en a deux ou trois (c’est-à-dire surtout deux trois copains qu’on aimerait vous présenter !)

Le remplaçant


c’est celui au fond de l’image…

Il était censé tenir le gouvernail de l’hostel après notre passage mais finalement le destin nous aura mis côte à côte dans ce périple ! Voici donc Clément, jeune ingénieur informaticien (en fait il est vieux de 29 ans mais bon parait que faut pas le dire…). Passionné entre autre par son métier, il est également pratiquant assidu du palet vendéen et fera donc un terrible adversaire au jeu de palet argentin (il nous a battus chaque fois…). J’ai également eu le plaisir de faire plusieurs activités avec lui, mais je vous en reparle tout de suite après. Merci donc à lui pour nous avoir bien fait rire, d’avoir partagé des empanadas avec nous, d’avoir dit que la bouffe était bonne quand ce n’était franchement pas bon enfin bref, à la prochaine, copain !

Les nouveaux copains

Ximun c’est le petit teigneux à gauche 😉

Juste un petit mot pour eux, à commencer par le plus teigneux des basques ! Ximun (à prononcer « chimoune » pour les non-basques) aura été d’un grand renfort pour tenter de mettre un frein aux victoires incessantes et quelque peu agaçantes de Clément au palet, même s’il nous a battu quand même (j’ai failli le battre après son départ…). Grâce à Ximun, étudiant de passage en Argentine originellement pour un stage dans une ferme de moutons au milieu de la Pampa, et nous en avons profité pour améliorer nos connaissances sur la pelote basque. Je vous encourage d’ailleurs à visionner cette vidéo des championnats du monde de Cesta Punta qui est l’une des épreuves sportives phares de la culture basque.


Comme vous pouvez le voir il nous ont mis un sacré bazar!

Nous avons fait également la rencontre des 3 mousquetaires enrichis d’une mousquetrice (je défie les membres de l’Education Nationale composant ce quatuor de me convertir « mousquetaire » au féminin… Encore plus macho à l’époque… ndlr). Ainsi donc bienvenue à Maud (notamment pour supporter ses trois mousquetaires susnommés…), à Yoann (pour avoir su abandonner ses compagnons quand l’appel du ventre se faisait plus pressant), à Vincent (pour la pipe et ce cher Cyrano…), à Romain (pour euuuuuuuh…) et à vous quatre pour votre excellente humeur et votre bon coup de fourchette parce que sinon on aurait pu avoir à manger pendant 30 jours après votre passage gros bisous a tous. On se revoit bientôt sur la calotte de vos morts… Ah et on voulait vous dire… Vous êtes magiques !

Enfin un petit coucou au couple franco-libano-argentin (oui c’est un couple de deux personnes) que forme Victoria et Gilles. Merci pour votre passage courage à toi Victoria pour t’occuper de tes deux enfants (Gilles et le petit Rafael !) et bon chance à toi Gilles pour ton One Man Show tous les samedis à 17h30 au Nombril du monde (sur les pentes, place Chardonnet à Lyon) et (avec un petit saut dans le temps) pour avoir assisté au spectacle Moi Beau et Méchant, il était GENIAL ! (Voilà c’est dit ^^). A quand le prochain ? http://www.billetreduc.com/148387/evt.htm

Que de bons souvenirs de jeux, rires et boustifaille de ces quelques jours avec l’hostel plein de nous tous, une bande de franco-rigolos qu’on aura la chance de retrouver à Lyon… Mais oups, j’anticipe !

Encore des lions de mer !


c’est beau hein…

Je suis allé en compagnie de Clément voir les lions de mer de plus près. C’est-à-dire faire du buceo soit de la nage avec tuba au beau milieu de la loberia ! Ca été un moment vraiment magique et une rencontre absolument incroyable.

Il faut tout d’abord savoir que j’ai été trahi par Claire lors de cette occasion ! En effet, j’avais décidé, en regard au prix de cette activité de ne pas le faire. C’est alors qu’en association avec Clément le fourbe, Claire a mis en œuvre un plan diabolique afin que je profite de cette expérience exceptionnelle. Elle l’a missionné afin qu’il réserve pour nous deux une séance de nage avec les lions de mer.

Nous voici donc le jour dit avant l’aurore en train de marcher dans les rues de Puerto Madryn. La journée semble s’amorcer de bien belle façon, car l’air n’est pas trop froid il ne semble pas y avoir de nuages et surtout il n’y a quasiment pas de vent. Nous rejoignons le centre de plongée qui va nous faire vivre ce moment assez extraordinaire il faut bien le dire !

Une fois sur place nous enfilons les combinaisons de néoprène qui vont nous permettre de survivre à ce froid océanique… Trois heures plus tard, (nan ce n’est quand même pas si long…) nous nous dirigeons vers le bord de mer. C’est à cet instant précis que le soleil choisit d’exploser la ligne d’horizon et d’inonder de lumière ce jour naissant. C’est un spectacle splendide et seul le bruit des vagues trouble la quiétude de ce moment… jusqu’à ce que la coquille de noix servant de radeau de la méduse à notre expédition s’approche afin de nous emmener voir le spectacle que nous attendons tellement.


Levé de soleil sur l’atlantique (clin d’oeil à Jérome)

Nous filons sur les flots et chacun des membres du groupe semble perdu dans ses pensées. A quoi pensent-ils ? A la future rencontre avec ces mammifères du monde aquatique, au repas du midi, au mal de mer qui les guette ? Je n’en sais rien mais quand le pilote annonce que nous allons passer à côté d’un groupe de baleines, tout le monde semble sortir de cette torpeur et l’étincelle de la curiosité enfantine brille dans chacune des pupilles à bord.


Bon en vrai elles étaient plus près.

Un remous gigantesque secoue les eaux à quelques mètres de nous et nous apercevons alors le corps de ces animaux colossaux. Le guide nous annonce qu’il s’agit d’un ballet amoureux car on voit la femelle au centre se retourner et se tortiller afin d’échapper à l’étreinte des trois mastodontes lui faisant la cour. Nous sommes alors très proches de la scène et le spectacle est époustouflant… malgré la taille et le poids de ceux-ci, on sent une grâce sous-jacente qui s’exprime sans cesse. On la ressent au travers de la fluidité et la lenteur de leur mouvement et on a l’impression de voir un ballet interprété par des artistes de haut vol. Après quelques minutes d’observation de ce spectacle, nous nous mettons en route afin de rendre visite aux lions de mer.


Des chiens sirènes!!!

La même cacophonie règne ici que la dernière fois que je suis venu avec Claire, sauf que cette fois nous sommes bien plus près, mais pas encore assez ^^. Il est temps de se mettre à l’eau. La combinaison est très épaisse ainsi nous ne sentons pas la fraicheur de l’eau, à part sur nos visages où il faut bien l’avouer, ça caille !!! Une fois tous les participants à l’eau, nous nous rapprochons des rochers où sont stationnées les familles de lions de mer.

Dès cet instant les jeunes commencent à nous tourner autour en cherchant le jeu autant que possible, mais tout de même sous la surveillance de leur mère. En suivant les conseils de notre guide, nous nous rassemblons et battons des pieds tous ensemble. Cela a pour effet de créer un fort mouvement d’eau et d’attirer les jeunes vers nous. La rapidité et l’agilité avec laquelle ils se déplacent est vraiment incroyable et ce spectacle ahurissant est sans cesse en renouveau, ils tournent et virevoltent, foncent et caracolent à nos côtés tandis que nous, cintrés dans nos combinaisons de néoprène, nous sommes pareil à de grosses méduses noirâtres et gauches, tentant tant bien que mal de profiter tels des parasites de la moindre vaguelette susceptible de nous rapprocher du spectacle merveilleux qui s’offre à nous !

Au bout des trois quarts d’heure convenus, nous remontons à bord, légèrement à contrecœur, afin que notre embarcation nous ramène à la terre ferme. Comme à l’aller, peu de paroles sont échangés entre les nageurs. Chacun est encore immergé dans son souvenir de la rencontre avec ces splendides mammifères et nous nous laissons porter par le bruit des vagues et du moteur. Cette fois-ci nous ne croiserons pas de baleine ainsi le voyage de retour se passe dans une atmosphère léthargique assez prononcée^^. Une fois à terre, chaque membre du groupe restitue sa combinaison et nous nous séparons. Nous nous éloignons avec Clément en direction de l’hostel et de Claire à qui nous faisons un compte rendu détaillé de l’expérience.

Ce fut une expérience incroyable et un vrai plaisir de cohabiter quelques instants avec ces animaux incroyables et vraiment joueurs. On aurait plaisir à les regarder sans cesse danser ce ballet aquatique qui leur tient lieu de quotidien. Je remercie donc énormément Claire pour m’avoir fait cette surprise et Clément pour m’avoir accompagné !

Et si on retournait voir les lions de mer ?!


Vous la reconnaîtrez peut être mais cette fois vu d’en haut.

Peu de temps après nous avons décidé (encore une fois avec Clément) de nous mettre en selle afin de rendre visite une nouvelle fois à la loberia. En effet nous rendons visite à l’un des prestataires que Vincent utilise pour les randonnées marines afin de leur louer deux vélos. Nous voici donc en marche (ou en roule…) en direction de la colonie. Après 600 km de montée digne du col du Tourmalet… Après 18 kilomètres de piste longeant les falaises du bord de mer, nous nous approchons de la colonie que nous avions vue au préalable dans l’eau. La corniche surplombe la petite crique ou les lions de mers se sont rassemblés et nous profitons alors du concert de cris et de hurlements de ces derniers. C’est encore une fois un vrai plaisir de les voir dans leur habitat naturel et la distance entre eux et nous permet une observation sans la moindre gêne de leur part. Nous assistons à la chasse des petits mâles par les plus vieux et gros de la colonie et au rassemblement des harems par ceux-ci.


Costaud l’animal!

Juste une petite pointe de déception car le tour est très rapidement terminé alors que le prix était relativement élevé mais la balade en vélo valait le coup (pas la peine de vous donner le prix il aura certainement changé quand vous irez…).

Nous revoici donc sur nos fiers destriers de fer longeant à nouveau les kilomètres nous séparant du centre-ville de Puerto Madryn. Les jambes sont pour moi extrêmement lourdes tandis que Clément semble flotter sur son vélo… Une fois de retour et descendu de ce monstre à roues, mon corps peine à se rappeler la manière de marcher convenablement et une douleur postérieure aiguë se fait violemment ressentir. La centaine de mètres qui nous conduisent jusqu’à l’hôtel ne me seront jamais apparus si longs…

Ne me quitte pas…

Le temps du départ sonne pour nous (à nouveau diront certains) car nous avons rendez-vous pour de nouvelles aventures dans la capitale fédérale accompagné de… Vous le saurez dans le prochain article ! ^^

Un dernier au revoir aux baleines s’imposent, elles vont encore manquer à Claire, mais pas de prochaine fois… dans cette aventure-ci !


A bientôt à tous et portez-vous bien !

Une réflexion sur “T’as voulu voir Mar del Plata et on a revu Puerto Madryn !

  1. le final n’était pas si mal!!je trouve que vous avez terminé en beauté votre aventure!!car c’était vraiment une trés belle aventure!!
    une autre commence !!différente mais sûrement aussi riche.
    je suis sure que vous ne serez pas en peine pour trouver de nouveaux horizons à explorer.
    gros bisous à vous deux

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s